Indonésie : le président et l’Église

L’ Indonésie durcit le ton face aux trafiquants de drogue. Dans une interview accordée à un quotidien anglophone du pays et publiée le 21 juillet dernier, le président Joko Widodo appelle les forces de police à tirer systématiquement sur les trafiquants présumés, lorsque ceux-ci résisteraient : «Abattez-les, soyez impitoyables» exhorte-t-il sans ambages, avant de renchérir lors d’une réunion d’hommes politiques : «Soyez fermes. Surtout avec les trafiquants étrangers qui entrent dans le pays (…)».

Joko Widodo, le président de l'Indonésie

Joko Widodo, le président de l’Indonésie

Cette rhétorique n’est pas sans rappeler celle de Rodrigo Duterte, le bouillant président philippin qui a déclaré une guerre sans merci aux trafiquants de drogue de son pays.Les déclarations du Président Joko Widodo préoccupent les associations de défense de Droits de l’homme. L’Eglise catholique, d’ordinaire peu encline à faire entendre sa voix dans le début public, a également fait part de son inquiétude devant la nouvelle dynamique que le gouvernement veut impulser à sa politique sécuritaire.

Le 11 août 2017, Radio Vatican a interviewé le père Antoine Sondag, directeur du Service national de la Mission universelle de l’Eglise, au sein de la Conférence des évêques de France, qui s’est rendu en Indonésie au mois de juillet, et a notamment rencontré les membres de la Conférence épiscopale.

Ecouter l’interview