Pourquoi collecter de l’argent pendant la célébration de l’eucharistie ?

La diminution du nombre des pratiquants dominicaux, la multiplicité et la diversité des sollicitations pendant et en dehors de la liturgie dominicale, l’apparition d’autres moyens de paiement et d’autres raisons encore, font que les « bonnes vieilles quêtes du dimanche » ne rapportent plus. Alors, faut-il les maintenir ?

Pourquoi collecter de l’argent pendant la célébration de l’eucharistie ?

Pourquoi collecter de l’argent pendant la célébration de l’eucharistie ?

 

Sans doute à condition d’en retrouver le sens. La quête appartient au rassemblement eucharistique dominical. Les Ecritures témoignent que les premiers chrétiens mettaient tout en commun (Ac 2, 42 et Ac 4, 32) et St Paul organise une quête pour l’Eglise de Jérusalem. (cf 2 Co 8 – 9). Il est inconcevable de vivre le geste de la fraction du pain, celui de la communion eucharistique sans vivre le partage au quotidien, venir en aide aux plus démunis de la communauté et d’ailleurs : ‘Si quelqu’un dit : ‘J’aime Dieu, alors qu’il a de la haine pour son frère, c’est un menteur. En effet, celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas’ dit l’apôtre Jean (1 Jn 4, 20). Paul développe cette argument : ‘Que chacun donne comme il a décidé dans son cœur, sans regret et sans contrainte, car Dieu aime celui qui donne joyeusement. Et Dieu est assez puissant pour vous donner toute grâce en abondance, afin que vous ayez, en toute chose et toujours tout ce qu’il vous faut, et même que vous ayez en abondance de quoi faire toute sorte de bien.’ (2 Co 9, 7-8). Nous le voyons, il y a là un enjeu de foi, de cohérence et de crédibilité.

s’unir au Christ dans l’offrande du sacrifice

D’ailleurs, dans la célébration de la messe, quand se déroule la quête ? Elle commence après la prière universelle au moment de la présentation des dons. Il peut d’ailleurs arriver que les paniers de quête soient apportés en procession avec le pain et le vin. Dans la ‘Présentation Générale du Missel Romain’ (PGMR), la quête appartient aux offrandes (cf PGMR, 73, 140 : ‘Il est bien que la participation des fidèles se manifeste par l’offrande du pain et du vin pour la célébration de l’eucharistie, comme par d’autres dons destinés à subvenir aux besoins de l’Eglise et des pauvres’.). Nous retrouvons l’offrande dans la Prière Eucharistique : ‘L’Eglise, surtout celle qui est actuellement ici rassemblée, offre au Père, dans le Saint-Esprit, la victime sans tache. L’Eglise veut que les fidèles non seulement offrent cette victime sans tache, mais encore, qu’ils apprennent à s’offrir eux-mêmes et soient parfaitement réunis (….)’ (PGMR, 79). Il s’agit de s’unir au Christ dans l’offrande du sacrifice (PGMR, 78). La quête monétaire est donc un moyen pour les fidèles de s’associer à l’offrande du Christ. C’est d’ailleurs en lui qu’elle trouve son sens : en effet, le Christ de riche qu’il est, s’est fait pauvre afin de nous enrichir par sa pauvreté (cf 2 Co 8, 9). La quête dominicale donne sens aux autres dons que nous pouvons faire par ailleurs et peut éviter de transformer notre Eglise en ONG.

Pour cela, il convient :
– d’en rappeler le sens souvent méconnu ou oublié
– d’en soigner l’annonce sans le faire d’une manière systématique
– d’éviter qu’elle ne serve surtout à couvrir les frais de fonctionnement de la paroisse aussi légitimes soient-ils.

Bruno Mary
Directeur du Service National de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle

 

 

Sur ces questions liturgiques, on consultera avec intérêt le site spécialisé .